Restez informé Souscrivez ici
la région arabe

« Partenariat avec le Mouvement Social-Démocrate Arabe : Démocratie et Justice Sociale dans le Monde Arabe »

Quand, le 17 décembre 2010 à Sidi Bouzid en Tunisie, un marchand de légumes jusque-là inconnu s’est immolé par le feu en pleine rue en signe de désespoir face à sa situation sociale et à l’arbitraire du pouvoir de l’Etat, il a donné le coup d’envoi aux protestations et bouleversements qui ont suivi dans l’ensemble de la région arabe. En Tunisie, en Egypte, en Libye et au Yémen, les chefs de régimes autoritaires ont été destitués et des processus de transition ont été engagés. Nous saluons le succès de la conférence de dialogue national au Yémen et appelons les parties concernés à implanter ses résultats. Dans d’autres pays, les gouvernements se voient contraints de garantir leur légitimité chancelante par des réformes. Dans certains pays, les mouvements de protestations qui se multipliaient ont été brutalement réprimés lors de violents affrontements. En Syrie, une horrible guerre civile a suivi, une guerre par procuration dont les conséquences pèseront encore lourd sur la région dans les prochaines décennies. En dépit de toutes leurs différences, les pays de cette région ont en commun le fait qu’ils se trouvent tous sur le chemin ardu vers des réformes démocratiques, pour certains dans des conditions difficiles. Et dans tous ces pays, l’aspiration à l’égalité sociale, la liberté et la dignité telle que les mouvements de protestations le formulent dans leurs slogans constitue un point de référence des divers mouvements de protestations.

En Tunisie, l’adoption d’une nouvelle constitution qui fixe les libertés fondamentales et le droit à un travail décent marque une étape décisive sur la voie de la transition démocratique dans le pays qui est à l’origine de ce qu’on a appelé le « printemps arabe ». Après des décennies de régimes autoritaires et de répression, cette percée fait époque et constitue un signe d’espoir qui rayonne au-delà des frontières du monde arabe : l’espoir d’un avenir meilleur sur la base des valeurs de la liberté, de l’égalité et de la solidarité.

Malgré les revers et la violence regrettable, l’adoption de la constitution et les  prochaines  élections en Egypte devraient donner l’espoir de la transition vers la démocratie et la réconciliation nationale pour ceux qui ne participent pas à la violence. Nous sommes très préoccupés par la violence et les attaques terroristes dans la Péninsule arabe et sur le territoire Egypte. Nous réitérons notre adhésion aux principes de des droits politiques, de la liberté d’expression et de la libre association, et des garanties d’un processus électoral libre et démocratique. En Palestine nous œuvrons pour une solution de deux Etats, pour mettre fin a l occupation, concrétiser les droits légitimes et établir un Etat palestinien indépendant dans les frontières de 1967 et Jérusalem-Est comme capital côte à côte en paix et sécurité avec ses voisins. Autrement l’alternative serait sinon la ségrégation et la discrimination, à laquelle nous nous opposons. A cet égard, nous soutenons totalement les directives de l’Union Européen qui stipule de ne pas négocier avec l’expansion continue d’Israël au delà de la ligne verte – en accord avec le Droit international. Nous soutenons la mise en œuvre des actions fermes contre l illégalité d’acteurs de la société civile internationale et du secteur prive.

Jour après jour, les habitants du monde arabe aspirent à davantage de droits politiques et à une amélioration des conditions sociales et des opportunités économiques. Nous sommes conscients du fait que nous partageons ces valeurs et que nous constituons un partenaire stable pour les habitants de la région.

 

Nous soutenons la démocratie et la liberté

Dans une région qui a souffert pendant des décennies de manques de libertés sous le joug de régimes autoritaires, nous donnons un signal clair : il n’est pas possible de refaire l’Histoire. Les processus démocratiques enclenchés dans le monde arabe ne sont pas réversibles. Nous sommes contre toutes les tentatives visant à saper les réformes et les premiers acquis démocratiques ou à priver les habitants du monde arabe des droits qu’ils ont péniblement acquis. C’est la démocratique qui permet aux citoyennes et aux citoyens de faire valoir leurs volontés. Nous avons besoin de la démocratie pour garantir une vie dans la dignité et la liberté, une vie qui respecte les droits de tous, indépendamment de leur orientation sexuelle, de leur origine, de leur ethnicité ou de leur appartenance religieuse. C’est la raison pour laquelle nous soutenons la population afin de concrétiser notre vision commune d’une société démocratique et libre.

 Nous soutenons la justice

Dans une région encore marquée par de grandes inégalités au sein des populations et qui a souffert durant des décennies de réformes néolibérales, nous revendiquons la valeur de la justice. Une faible proportion de riches fait encore face à une trop grande masse de pauvres. Le problème croissant du chômage des jeunes paralyse la génération future dans la région. L’exclusion des femmes de nombreux domaines de la vie freine le développement. La persistance de cette situation d’injustice et de discrimination ne permet pas à la démocratie de progresser.

Dès lors, il nous faut davantage de justice sociale afin que l’espoir en un  avenir meilleur nourri par la population puisse devenir un jour réalité.  Il nous faut davantage de justice sociale pour concevoir un processus démocratique durable. Celui-ci ne sera couronné de succès que s’il s’accompagne d’une amélioration des conditions de vie de beaucoup de gens. C’est pourquoi nous aspirons, aux côtés de nos partenaires issus des syndicats et de la société civile, à la concrétisation des droits sociaux et nous faisons valoir le droit de développement social et économique propre.

Nous soutenons la solidarité

Nous sommes convaincus que la solidarité constitue le fondement de toutes les sociétés. Une société basée sur la conviction égoïste du « chacun pour soi » ne peut pas réussir. Nous avons besoin de réseaux sociaux qui permettent à chaque membre de la société de faire l’expérience de la solidarité. Nous avons besoin de réseaux sociaux qui sont organisés au niveau de l’ensemble de la société mais qui ne reposent pas sur les aumônes individuelles et qui impliquent les droits et les devoirs de tous. Seule une politique qui a pour ligne directrice la cohésion de la société et la valeur de la solidarité pourra contribuer à faire progresser la démocratie et la justice. C’est la raison pour laquelle nous travaillons activement en partenariat avec le Forum Social-Démocrate Arabe à travers la création d’un noyau de solidarité, en exigeant des réformes sociales qui servent les membres les plus faibles de la population et encouragent la cohésion sociale au sein des sociétés.

Les pays du monde arabe sont confrontés à de grands défis. Des défis économiques et sociaux mais aussi politiques et sociétaux. En tant que forces progressistes, nous relevons ces défis et cherchons à contribuer à un avenir meilleur aux côtés des gens concernés. Nous réussirons à construire cet avenir meilleur car nous nous engageons à respecter les valeurs de liberté, de justice et de solidarité. Il existe des alternatives pour une mixité sociale dans la région si nous nous battons aux côtés de la population pour défendre un modèle de société progressif et solidaire.