Partager Evin Incir sur Facebook

Evin Incir

Olof Palme International Center
E. Incir (3)_2000
© Maurice Weiss/Ostkreuz

Qu’est-ce qui t‘a poussé à faire de la politique ?

Mon engagement dans la politique a déjà commencé à l’âge de 14 ans. En tant que jeune femme issue de l’immigration et qui a grandi dans la banlieue de Gothenburg, je ne pensais pas que la politique et les partis étaient importants. Cependant, après avoir donné une seconde chance à la politique en participant à quelques activités de la Ligue des jeunes sociaux-démocrates suédois, j’ai réalisé que la politique et les partis sont importants et que mon opinion ne serait pas entendue sans mon engagement dans la politique. Cette prise de conscience a encouragé ma décision de poursuivre mon engagement

Qu’est-ce qui te permet ou t’a permis de prendre les bonnes décisions durant ta carrière politique ?

Je crois fermement que le fait d’adhérer à et d’agir selon mes valeurs fondamentales m’a toujours guidé et m’a forcé à réfléchir deux fois avant d’agir, même si, parfois, il s’agissait d’une question délicate.

À ton avis, à quoi ressemble une bonne vie/une bonne société ?

À mon sens, une bonne société est une société qui place la solidarité au cœur de toutes les politiques. « Par chacun en fonction de ses capacités, pour chacun en fonction de ses besoins » doit toujours être un principe directeur. Une bonne société offre à toutes les personnes des opportunités égales pour leur développement. La liberté de pouvoir réaliser ses rêves indépendamment de nos origines et de nos capacités est ce qui définit une bonne vie pour moi. 

Que fais-tu habituellement pour libérer ton esprit de la politique ?

Je passe du temps avec mes amis ou je lis un livre de fiction.

Si tu pouvais modifier une seule chose dans le monde en quelques secondes, que ferais-tu ?

Je mettrais fin aux inégalités. Je pense vraiment que la majorité des problèmes dans le monde trouve ses racines dans les inégalités.

Quel est ton moteur dans ton travail politique ?

De créer des changements pour moi-même et pour toutes celles et ceux qui m’entourent. Certains changements durent longtemps et demandent de la patience. Mais chaque fois que je vois le fruit du travail accompli par notre famille sociale-démocrate, cela me donne un regain d’énergie. 

Quel est ton plus grand souhait pour l’avenir ?

Mettre fin aux inégalités et aux guerres.

Quel conseil tes parents t’ont-ils donné ? L’as-tu mis en pratique ?

Toujours me concentrer sur ce que je fais et ne jamais abandonner. Je ne l’ai pas toujours mis en pratique, mais je m’améliore avec le temps.