Partager Sebastian Zwalf sur Facebook

Sebastian Zwalf

Parti Travailliste Australien, Australie
161203-mw3071HIGH
© Maurice Weiss/Ostkreuz

Qu’est-ce qui t‘a poussé à faire de la politique ?

Je voulais améliorer la vie des gens. L’histoire nous dit que le monde a changé en mieux après que les gens se sont battus pour cette cause. Les améliorations ne se font pas d’elles-mêmes.

Qu’est-ce qui te permet ou t’a permis de prendre les bonnes décisions durant ta carrière politique ?

Je pense que le meilleur conseil que nous pouvons donner à tous les acteurs de la vie publique est de se rappeler pourquoi ils sont entrés dans la politique et quelles personnes qu’ils représentent. Actuellement, pour de nombreux partis sociaux-démocrates dans le monde, il semble qu’un grand besoin de réflexion se fait ressentir sur ce qu’ils sont et ce qu’ils représentent. Il est important de reconduire le mandat.

 À ton avis, à quoi ressemble une bonne vie/une bonne société ?

Je pense que dans une société idéale, vous encouragerez les gens à être le plus indépendants possible du gouvernement. Mais vous couplerez cela à des filets de sécurité solides pour prendre en charge les gens qui ont besoin d’un peu d’aide, et je pense que cela arrive à la plupart d’entre nous, à un moment ou à un autre. Je pense que c’est le genre de société à laquelle aspirent ceux d’entre nous vivant dans une démocratie sociale.

Que fais-tu habituellement pour libérer ton esprit de la politique ?

Ma partenaire et moi-même avons récemment acheté une maison délabrée dans un quartier que nous aimons beaucoup à Canberra. Je me retrouve à jouer au bricoleur la plupart des week-ends.

Quelle est la chose la plus étrange qui ne te soit jamais arrivée ?

Entre 20 et 30 ans, j’ai fait beaucoup de course à pied sur longue distance. Et comme chaque athlète sait, vous essayez toute sorte de choses pour vous aider à récupérer après les courses. À cette fin, je me suis retrouvé nu dans une grande baignoire de style japonais avec un grand acteur australien, Chris Lilley. On a bien discuté.

Si tu pouvais modifier une seule chose dans le monde en quelques secondes, que ferais-tu ?

Si je pouvais changer une chose, je ferais en sorte d’en changer trois. Atténuer la pauvreté, atteindre une paix internationale durable et me battre contre la cruauté inutile envers les animaux.  

Quel est ton moteur dans ton travail politique ?

[Je pense que j’ai déjà répondu à cette question au-dessus]

Quel est ton plus grand souhait pour l’avenir ?

Aujourd’hui, les concepts et les institutions qui nous sont chers à nous, dans la partie modérée du spectre politique, comme la démocratie saine, le multilatéralisme, le multiculturalisme, la foi dans nos institutions et la prise de décision fondée sur les faits, sont tous menacés autant par l’extrême droite que par l’extrême gauche. Mon espoir est que la superficialité du populisme de droite comme de gauche soit démasquée pour ce qu’elle est. Cela demande du travail de notre part sur la pensée politique et nous devons continuer à nous battre afin de ne pas perdre les personnes que nous représentons.

Quel conseil tes parents t’ont-ils donné ? L’as-tu mis en pratique ?

Mes parents sont tous les deux incroyablement simples et je pense que c’est un excellent modèle pour tout le monde.