Partager Sergej Stamishev sur Facebook

Sergej Stamishev

President PES
sergej-stamishev-portrait
© Maurice Weiss

Qu’est-ce qui t‘a poussé à faire de la politique ?

La possibilité de changer le monde. Si vous n’allez pas vers la politique, elle vient à vous, vous savez. C’est pourquoi j’ai choisi d’être proactif.

Qu’est-ce qui te permet ou t’a permis de prendre les bonnes décisions durant ta carrière politique ?

Je voyage beaucoup. Parfois, dans le train ou à l’aéroport, j’entends sans le vouloir une partie de la conversation de personnes autour de moi. Lorsque les gens sont heureux en raison des choses que ma famille politique, nos partis font, je suis fier. Mais je ne suis jamais sûr à 100 % d’avoir fait la bonne chose tant qu’il y a toujours quelque chose que je peux faire mieux.

À ton avis, à quoi ressemble une bonne vie/une bonne société ?

Une bonne société est celle qui offre des chances égales à chaque personne. Dans une société décente, personne n’est laissé pour compte. Ma conviction profonde est que dans une société inégale, les gens peuvent réussir dans la vie, mais ils ne peuvent pas être heureux. Nous, les humains, sommes des animaux sociaux. Nous avons besoin les uns des autres et nous nous sentons mieux lorsque la société est bonne pour tous.

Qu’est-ce qui te permet d’oublier un peu la politique ?

Un certain nombre de choses. Avant tout ma famille, mes enfants. Je n’ai pas besoin de quelque chose de particulier. J’aime quand nous passons du temps ensemble. Je voyage beaucoup et je n’ai pas assez de temps pour mes enfants et ma femme. Deuxièmement, les sports d’aventure comme la plongée et le ski. J’aime les sports où l’on fait partie de l’environnement, quand on se sent proche de la nature. Une piste de ski entourée d’arbres et de rochers, ou les profondeurs d’une baie isolée, lorsque vous plongez, avec autour de vous la vie sous-marine. Vous êtes en contact direct avec la nature.  Et, pour finir, la musique classique.

Quelle est la chose la plus étrange qui te soit jamais arrivée ?

La politique est la chose la plus étrange qui me soit jamais arrivée. Après tant de victoires et de réussites, de défaites et de déceptions, le fait que je sois toujours aussi passionné et optimiste est une surprise pour moi.

Quel est ton moteur dans ton travail politique ?

Le moteur pour mon travail est ma croyance fondamentale dans l’égalité et mon optimisme que les choses peuvent être changées. J’apprécie que mon travail me donne une plateforme pour des événements conformes à mes convictions. Bien entendu, les forces derrière vos pouvoirs peuvent vous mettre dans des situations extrêmement difficiles, elles peuvent même tout vous prendre. Mais elles ne vous prendront pas votre liberté de répondre en conséquence.

Quel est ton plus grand souhait pour l’avenir ?

D’avoir un peu de temps pour dessiner avec mes enfants. Je ne suis pas un grand dessinateur, mais je sais dessiner un chat ou une fleur et c’est ce que nous faisons avec mon fils et ma fille dès que nous le pouvons. Mon temps avec eux est précieux. C’est donc toujours un plaisir d’être avec eux, loin des appels téléphoniques, et des mails et de la lumière des écrans d’ordinateur. Nous aimons beaucoup dessiner ensemble, même si, bientôt, ils seront meilleurs que moi !

Quel conseil tes parents t’ont-ils donné ? L’as-tu mis en pratique ?

Ma mère m’a toujours dit : « Tu ne dois jamais avoir peur de quoi que ce soit ! » La peur paralyse aussi bien l’esprit que l’âme et entraîne toujours les mauvaises décisions. Quoi qu’il m’arrive un jour, j’essaie d’agir de telle façon que ma femme et mes enfants n’auront jamais honte de moi.