Programme

Programme de travail de l’Alliance progressiste
L’Alliance progressiste pour la paix, la justice et la solidarité

 

I. Premier bilan

Il y a presque quatre ans, les partis et organisations progressistes, sociale-démocrates et socialistes du monde entier se rassemblaient pour fonder un nouveau réseau global : l’Alliance progressiste. Nous nous sommes penchés sur les questions les plus urgentes de la politique progressiste : la paix, la démocratie, les droits de l’homme, la justice sociale, le travail décent, l’égalité des genres et la durabilité, et cela a donné lieu à d’intenses débats. D’autre part, durant ces quelques années, nous avons réussi, en plus de notre travail programmatique, à assurer un vaste échange d’idées sur la gestion de la campagne et une organisation moderne des partis. Un autre objectif qui nous tient particulièrement à cœur concerne le travail de solidarité avec nos camarades du monde entier qui se battent pour nos valeurs de liberté, de justice et de solidarité, souvent au péril de leurs vies et au prix de graves problèmes personnels.

Aujourd’hui, notre réseau comprend plus de 130 partis et organisations. Nous nous soutenons également mutuellement dans la mise en place d’organisations régionales et nous continuerons de nous engager dans les échanges régionaux. Nous travaillons d’ores et déjà en étroite collaboration avec différents réseaux de partis régionaux, tels que le Parti des Socialistes européens (PSE), le Groupe des socialistes et démocrates au Parlement européen, le Réseau de la social-démocratie en Asie (SocDem Asia), l’Alliance progressiste de l’Afrique Centrale (APAC) et le Forum social-démocrate arabe (ASDF). Nous entretenons également des relations intenses et stratégiques avec l’Union internationale de la jeunesse socialiste (UIJS). Au cours des dernières années, nous avons aussi été présents sur le terrain dans toutes les régions du monde et nous avons réussi à élargir et à renforcer notre réseau. Dès le début, l’Alliance progressiste a salué la coopération nécessaire avec des syndicats progressistes, des organisations de la société civile, par exemple dans le domaine de l’égalité des genres et des droits des membres de la communauté, et avec des groupes de réflexion.

Pour finir, et ceci est la caractéristique décisive de l’Alliance progressiste, notre réseau mondial est basé sur l’engagement des partis individuels qui proposent des initiatives et des projets et les mettent en œuvre en coopération avec l’Alliance Progressiste. La force de l’Alliance progressiste réside dans cet engagement et cette appartenance.

 

II. Notre motivation et notre engagement

La fondation de l’Alliance progressiste le 22 mai 2013 a marqué la fin de nombreuses années de discussions au sujet d’une forme moderne, démocratique et ouverte de la coopération internationale entre les partis progressistes, sociaux-démocrates, socialistes ainsi que travaillistes et a donné le coup d’envoi d’une telle coopération. L’Alliance progressiste a réussi à établir de nouvelles références pour la coopération et la mise en réseau, en incluant non seulement les partis politiques, mais également les organisations et les mouvements progressistes.

C’est précisément cette coopération internationale qui est à présent plus nécessaire que jamais. Nous assistons actuellement à une augmentation sans précédent des défis politiques et sociaux dont toute la force prend des dimensions internationales. La crise financière et économique s’accompagne d’une crise écologique à grande échelle et d’une inégalité structurelle grave. Dans de nombreux pays du monde, la crise démocratique s’est intensifiée. En de nombreux endroits, le retour de la guerre et du nationalisme comme moyens politiques sape toute volonté de coopérer à un niveau international.

C’est pourquoi les partis et organisations progressistes, sociaux-démocrates et socialistes doivent essayer de formuler des réponses réalistes et dans le même temps visionnaires aux grands défis de notre époque. Cela signifie qu’il faut introduire des projets pilotes politiques pour ici et maintenant, et en même temps poursuivre le développement de stratégies et de concepts à long terme, par tous les moyens, même avec un côté utopique, qui démontrent qu’il est possible de créer une société différente, meilleure et plus juste en combinant le travail politique du quotidien avec des visions à long terme. Car il est possible de créer un autre monde.

 

III. Points forts de notre travail

Dans ce contexte, l’Alliance progressiste a souligné les points essentiels suivants pour son travail et nous les mettons actuellement en pratique par l’intermédiaire de nos campagnes et de différentes manifestations.

 

  • Travail décent dans le monde : En octobre 2013, encouragés par tous nos membres et par de nombreuses manifestations organisées sur tous les continents, l’Alliance progressiste a entamé une campagne de trois années avec pour titre « Le travail décent dans le monde ». Les manifestations étaient axées sur l’échange régional d’idées et de concepts se rapportant aux divers aspects du travail décent. Le soutien du travail décent dans le monde est non seulement une tâche essentielle des partis progressistes, sociaux-démocrates et socialistes, mais également un point de départ crucial pour réduire l’inégalité. La majorité de la population mondiale, incluant les habitants des pays en développement, a déjà un emploi. Toutefois, la plupart des emplois se retrouvent dans le secteur informel, dans lequel la productivité est basse, les conditions de travail sont mauvaises et la protection sociale est inexistante. Dans de nombreux pays, le travail des enfants, le travail forcé, la discrimination des femmes, la persécution des membres de syndicats et le non-respect des lois de protection du travail sont inhérents au monde du travail. Nous avons beaucoup discuté des approches progressistes et d’exemples sur la façon dont l’égalité des genres, la protection sociale et la croissance inclusive peuvent être favorisés et comment l’inégalité sociale entre les différents pays et sections de la société peut être freinée. Un autre aspect important de la campagne consiste à examiner la dynamique de la migration globale. L’Alliance progressiste a rédigé et publié des documents de principe complets sur toutes les questions du thème du « travail décent ».

 

  • Agenda pour la paix et la justice : En octobre 2016, l’Alliance progressiste a lancé la campagne « Pour un nouvel agenda pour la paix et la justice ». Dans de nombreux pays du monde entier, les crises politiques et les états d’urgence sont devenus une situation normale. Les sociétés sont confrontées de plus en plus à la propagation du terrorisme et de l’extrémisme ainsi qu’à une augmentation des conflits armés. La prévention des guerres et la création de fondements sociaux permettant d’établir la paix doivent constituer l’objectif des politiques progressistes. Ceci demande une action rapide et déterminée sur la scène internationale, toujours sous l’aspect de la solidarité internationale accompagnée d’un dialogue continu et de la coopération. La référence pour la politique internationale doit toujours être la « force de la loi » et non la « loi du plus fort ».

Pour y arriver, nous devons nous engager à :

  1. réformer les Nations Unies et l’aider à obtenir une nouvelle légitimité et efficacité.
  2. affirmer nos valeurs démocratiques, même contre les tendances autoritaires à la fois à l’intérieur et à l’extérieur de nos sociétés,
  3. renforcer les droits universels et indivisibles de l’homme et
  4. voir la paix non seulement comme l’absence de guerre et travailler afin d’éliminer les conditions structurelles qui rendent souvent les conflits et les guerres possibles, à savoir la pauvreté, l’inégalité et la dégradation environnementale.

Dans le cadre de sa campagne « Pour un nouvel agenda pour la paix et la justice », l’Alliance progressiste soutient et encourage l’échange sur ces questions lors de manifestations dans toutes les régions du monde et en coopération avec nos partenaires clés dans les syndicats, la société civile et les groupes de réflexion.

 

  • Séminaires de campagne électorale : La poursuite du développement des programmes progressistes et sociaux-démocrates constitue un facteur central pour les échanges entre les forces progressistes. Notre souhait est non seulement de prendre les devants dans les gouvernements nationaux, mais de prouver que nos concepts sont globalement durables et réalisables. Cependant, même le programme le plus progressiste n’a aucune chance d’être mis en œuvre si nos partis ne gagnent pas les élections et n’ont pas la possibilité d’assumer leur responsabilité politique. C’est pour cette raison que la discussion sur les techniques et stratégies de campagne électorale, tout comme l’organisation du parti, représente le second pilier de l’Alliance Progressiste avec le contenu thématique. Jusqu’à présent, nos séminaires de campagne se sont concentrés sur l’échange pratique concernant les stratégies et concepts réussis en particulier, par exemple les campagnes de porte à porte, les aspects spécifiques aux genres des campagnes électorales et les stratégies utilisées dans la campagne en ligne. Vous trouverez d’autres informations et idées sur le site de l’Alliance progressiste, dans la rubrique « Campagne progressiste ».

 

  • Travail solidaire international Dès le tout début du mouvement ouvrier, la solidarité transfrontalière a été l’une des caractéristiques déterminantes qui distinguait l’Alliance des autres mouvements politiques. La solidarité est pour nous un sens partagé de la communauté et de l’assistance mutuelle. La solidarité est l’épée de ceux qui, de toute évidence, n’ont aucun pouvoir et, en même temps, la solidarité donne le pouvoir d’apporter des changements. Telle a été l’expérience du mouvement ouvrier. C’est pour cette raison que l’un des principaux objectifs de tous les membres de l’Alliance progressiste est d’aider les camarades du monde entier qui souffrent de la répression politique et de la persécution et qui ont besoin de l’aide internationale dans leur combat pour défendre nos valeurs communes.

 

IV. La voie à suivre

L’Alliance progressiste souhaite renforcer et étendre le dialogue transfrontalier, la coopération globale et la solidarité internationale. Pour rendre justice à nos propres aspirations politiques et valeurs de démocratie, de justice, de solidarité et d’égalité des genres, même au sein de notre propre réseau, nous devons faire progresser les principes de base de l’action et des structures de l’Alliance progressiste.

Pour cette raison, nous voulons améliorer et, ce faisant, également renforcer l’Alliance progressiste dans les domaines suivants :

  • la structure de l’Alliance progressiste doit être simplifiée, et à l’avenir, elle se composera du Comité directeur, du coordinateur et d’un Conseil. Dans son ensemble, l’Alliance progressiste recherche un maximum de transparence et de participation. Toutefois, pour y parvenir, certains points doivent encore être réglés : nous avons par exemple besoin d’un contrôle plus transparent des finances et de principes plus clairs en ce qui concerne les partis qui peuvent contribuer de manière active à l’Alliance progressiste.
  • Avec la nouvelle campagne « Pour un nouvel agenda pour la paix et la justice », nous avons créé un cadre pour notre coopération programmatique. Nous mettons en pratique cet échange d’idées et de connaissances dans toutes les régions du monde et, comme pour la campagne précédente sur le « Travail décent dans le monde », nous intégrons les syndicats, les éléments progressistes de la société civile et les groupes de réflexion.
  • Pour que notre agenda progressiste devienne une réalité politique, nous devons remporter les élections. C’est pour cela que nous devons poursuivre nos débats sur les programmes, notamment en ce qui concerne l’échange d’expérience en matière de campagne progressiste et d’organisation moderne et participative du parti.
  • Nous devons continuer à encourager de manière active et montrer notre solidarité envers tous ceux qui sont menacés par l’oppression et la persécution. L’histoire nous a appris que notre force en tant que puissances progressistes, sociales-démocrates et socialistes est basée sur la solidarité internationale.
  • Nous, l’Alliance progressiste, voulons renforcer la voix des progressistes afin qu’elle soit entendue dans l’arène publique et politique mondiale. Ce n’est qu’ensemble que nous pouvons influencer la politique mondiale et instaurer un changement progressiste. Pour ce faire, nous devons participer aux débats pertinents et élargir notre visibilité et nos positions partagées dans divers domaines politiques.
  • Pour jouer un rôle central dans le monde en tant qu’alliance de partis progressistes, sociaux-démocrates et socialistes, nous devons augmenter la notoriété de l’Alliance progressiste. À cet effet, nous devons intensifier notre présence dans les médias, notamment dans le domaine des médias transfrontaliers électroniques et sociaux.
  • En tant que partis progressistes, sociaux-démocrates et socialistes, nous nous considérons comme une partie du mouvement social et culturel. C’est notamment grâce à cette interaction que nous recevons un grand nombre d’impulsions importantes pour notre agenda politique. Par conséquent, nous offrons une récompense annuelle de 5000 euros pour les projets et les initiatives de partis et organisations progressistes qui ont fait campagne pour plus de paix et de justice dans le monde de façon innovante et exemplaire. Le gagnant sera déterminé par le Conseil.
  • Un avenir radieux n’est pas possible sans une bonne éducation – voici un des principes de base de notre mouvement. Par conséquent, une des activités principales de notre mouvement est de fournir des opportunités d’enseignement aux groupes défavorisés : l’éducation comme base de l’élaboration de la politique, de l’économie et de la société ainsi que la vie même de l’individu. Dans ce contexte, nous voulons construire une Académie activiste de l’Alliance progressiste qui offre un enseignement et une formation dans tous les secteurs pertinents de l’organisation moderne du parti et le travail de communication aux jeunes activistes politiques chaque année. Les partis et organisations qui appartiennent à l’Alliance progressiste peuvent proposer des destinataires potentiels et jouer un rôle actif dans les cours de formation.
  • La jeunesse est l’avenir, mais elle est également le présent. Il est essentiel de passer à un paradigme dans lequel les jeunes sont non seulement acceptés en tant que sujets disposant de droits légaux, mais dans lequel ils deviennent également des acteurs de la transformation sociale. Dans ce contexte, l’Alliance Progressiste veut renforcer et élargir sa coopération avec l’Union Internationale des Jeunes Socialistes (UIJS).
  • Nous ne nous arrêterons pas tant que l’égalité des genres ne sera pas un phénomène naturel. Nous sommes d’avis que la question du genre doit être abordée dans tous les domaines politiques et dans nos discussions. En même temps, nous voulons débattre intensément et plus régulièrement de la question de l’égalité de sexes dans le cadre du travail de l’Alliance progressiste en créant un groupe de travail de l’AP sur le genre. Nous suivrons le Plan d’Action relatif à l’égalité des genres de l’Alliance progressiste. En tant qu’Alliance progressiste, nous donnerons un exemple positif en veillant à ce que les femmes jouent un rôle central et dirigeant au sein de notre réseau.
  • Tous les trois points essentiels (débats programmatiques, travail de solidarité et échange relatif aux campagnes) seront traités en utilisant une vaste variété de formats – conférences publiques, échange d’expérience au sein du Comité directeur et missions sur le terrain, pour n’en nommer que trois. À l’avenir, nous mettrons l’accent particulièrement sur les méthodes de travail modernes et innovantes. Nous sommes toujours à la recherche d’autres suggestions concernant les formats et les méthodes afin d’améliorer la structure de nos activités d’échange d’expérience et d’information.

 

V. Notre mission

La majorité des personnes veut vivre dans un monde de paix et de justice. C’est pour eux que nous nous engageons dans l’action politique.

C’est à nous, à savoir les forces progressistes, sociales-démocrates et socialistes, de déterminer si le 21e siècle sera un siècle de violence et de combats acharnés pour des ressources, ou s’il sera un siècle de progrès social, démocratique, écologique et économique.

Le cours du 21e siècle dépendra largement de notre force et de la force des groupes progressistes dans le monde entier. Nous devons nous battre pour nous assurer que le 21e siècle sera un siècle de justice sociale et de démocratie.

 

Télécharger

Programme de travail: L’Alliance progressiste pour la paix, la justice et la solidarité